mercredi 17 juin 2015

Eclairer le pays le plus peuplé d'Afrique, un des défis du nouveau président nigérian

Lagos - Ileowo Kikiowo est à la tête d'une petite entreprise de communication numérique. Comme partout dans le monde, celle-ci a besoin d'électricité pour fonctionner, mais à Lagos, capitale financière de la première économie d'Afrique, cela relève du casse-tête.
Le pays ne produit qu'1,5% de l'électricité dont auraient besoin ses quelque 173 millions d'habitants : un des plus épineux dossiers qu'affronte le nouveau président Muhammadu Buhari.

Plus de 70% de mes dépenses passent dans l'électricité, explique Ileowo Kikiowo, 28 ans, qui a dû investir dans de coûteux générateurs électriques, dépense des sommes astronomiques en diesel et doit quand même régler sa facture d'électricité à la fin du mois, en échange d'un service quasi nul.
Le secteur de l'électricité a été malmené pendant des décennies au Nigeria, par la corruption, les conflits d'intérêts et une gestion calamiteuse.
La privatisation d'une grande partie de la compagnie nationale d'électricité PHCN en 2013 a soulevé de nombreux espoirs. Mais le projet, qui a absorbé des milliards de dollars et abouti à la création de 17 sociétés privées, n'a pas permis d'améliorer la situation pour l'instant. Pire, le pays produit moins d'électricité aujourd'hui qu'avant la réforme.
Les Nigérians ont donc été contraints d'investir dans des générateurs électriques, qui ronronnent dans le pays entier, jour et nuit.
- Santé publique et sécurité -
A Lagos, les engins crachent leur épaisse fumée noire dans les rues déjà congestionnées par des embouteillages incessants, rendant l'air parfois irrespirable - un véritable problème de santé publique.
Le manque d'électricité a aussi tué de nombreux petits boulots, dans une ville où une grande partie de la population dépend du commerce informel.
Kola Balogun, par exemple, a dû fermer son échoppe de soudure à cause des dettes et conduit désormais un taxi-moto dans les faubourgs de la ville.
Je collectais de l'argent des clients, mais je n'avais pas d'électricité pour mener à bien les commandes, explique-t-il dans un rapport sur le sujet écrit par l'urbaniste Lookman Oshodi.
Je me suis résolu à louer un générateur pour pouvoir travailler, mais malheureusement, l'argent que je recevais des clients n'était pas suffisant pour couvrir la location du générateur, poursuit-il.
Selon l'Association des fabricants du Nigeria, environ 40% des coûts de production sont alloués à l'électricité dans le pays, contre à peine 10% - voire moins - dans les pays développés.
Le manque d'éclairage public contribue aussi à l'insécurité, l'obscurité étant propice à la criminalité.
Dans le quartier populaire d'Oshodi, à Lagos, un homme grimpe sur une échelle pour fixer une lampe en haut d'un pylône, sous le regard intrigué des enfants de la maison voisine.
Cet homme est bénévole pour une association caritative fondée par Bode Edun, un jeune homme originaire du quartier qui a décidé d'installer des lampadaires dans les rues les plus sombres, et de les relier aux générateurs des églises, des mosquées, et des habitants qui ont donné leur accord au préalable.
Là où il y a de la lumière, il y aura plus de sécurité, et moins de cas de viol et de vol à main armée, explique Bode Edun.
- Energies renouvelables ? -
Le président Buhari, investi le 29 mai, a fait du redressement du secteur de l'électricité une des priorité de son mandat de quatre ans. Mais le défi va être difficile à relever.
Selon M. Oshodi, un des grands maux de ce secteur est sa forte dépendance au gaz.
De nombreuses centrales d'électricité ont dû fermer parce qu'il n'y avait pas de gaz pour les faire tourner, dit-il. Si nous avions des énergies renouvelables (...) on ne serait pas aussi dépendant d'un seul produit poursuit-il.
Aussi un fond de stabilisation de plus de 200 milliards de nairas (890 millions d'euros) a été alloué à ce secteur, pour encourager les investissements dans des centrales électriques notamment, mais tout le monde craint que cette nouvelle manne financière ne s'évapore à son tour.
Il va falloir surveiller ce fond de près afin qu'il ne connaisse pas le même sort que les autres, prévient M. Oshodi.
En attendant, les Nigérians continueront à s'appuyer sur le système D pour pallier aux nombreuses pannes d'électricité quotidiennes.
La capacité que nous avons de survivre dans le chaos est assez fascinante, sourit Ileowo Kikiowo.



romandie.com
(©AFP / 17 juin 2015 12h16)  

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Recent Posts

Une erreur est survenue dans ce gadget