jeudi 4 juin 2015

L’ONU ordonne une enquête externe sur les viols en RCA

La pression était devenue trop forte sur le secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon, chantre de la « tolérance zéro », qui a été contraint d’annoncer un prochain « examen externe et indépendant » pour expliquer la lenteur de son organisation à répondre aux allégations d’abus sexuels commis sur de jeunes enfants en Centrafrique. D’après des sources onusiennes, il aurait reçu le vendredi 29 mai un courriel de Barbara Tavora-Jainchill, la présidente du syndicat des employés de l’ONU, représentant 7 000 personnes au siège à New York et 20 000 sur le terrain.
Dans ce message, elle lui aurait demandé de faire toute la lumière sur cette affaire et de prendre les mesures disciplinaires qui s’imposent contre les responsables onusiens qui auraient failli à rendre compte de la gravité des allégations en Centrafrique. Cette demande intervenait quelques heures après un communiqué de l’ONG Aids Free World, qui avait fait fuiter le rapport de l’ONU dans le Guardian, le 29 avril, et rendait publics de nouveaux documents, courriels internes et mémorandum, censés prouver les tentatives d’étouffement de cette affaire par de hauts responsables onusiens.

lemonde.fr

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Une erreur est survenue dans ce gadget
Une erreur est survenue dans ce gadget