lundi 15 juin 2015

TERRORISME. Boko Haram: le président nigérian Buhari compte se rendre au Cameroun

Johannesburg – Le président nigérian Muhammadu Buhari a déclaré lundi à l’AFP avoir l’intention de se rendre au Cameroun pour renforcer la coopération militaire régionale contre le groupe islamiste Boko Haram.
A mon retour au Nigeria, je vais essayer de me rendre au Cameroun, a-t-il affirmé à l’AFP en marge du sommet de l’Union Africaine (UA) à Johannesbourg.
M. Buhari a rencontré ses homologues tchadien, nigérien et béninois le 11 juin lors d’un sommet à Abuja, mais en l’absence du président camerounais Paul Biya, repésenté par son ministre de la Défense.
M. Buhari s’est rendu au Niger et au Tchad après son investiture et avait indiqué que s’il n’avait pas dû se rendre en Allemagne pour assister au sommet du G7, il aurait poursuivi sa tournée régionale par le Cameroun.
Le plus important, c’est le renseignement. C’est ce que nous attendons du G7 (…) nous voulons une aide logistique, a-t-il expliqué à l’AFP.
Boko Haram a déclaré s’être allié à l’organisation Etat Islamique (EI), donc il s’agit désormais de terrorisme à l’échelle internationale. Ils sont au Mali, ils sont au Nigeria, ils sont en Syrie, ils sont en Irak, ils sont au Yémen… Il s’agit maintenant d’un problème international a-t-il souligné.
Le Nigeria et le Cameroun entretiennent de longue date des relations difficiles, notamment après une dispute territoriale autour de la péninsule de Bakassi, riche en pétrole. Le ton est monté plusieurs fois entre Abuja et Yaoundé autour de la problématique Boko Haram, alors que le groupe islamiste a multiplié les attaques dans l’extrême-nord du Cameroun, voisin du nord-est du Nigeria, épicentre de l’insurrection islamiste.
Si ces derniers mois le Niger et le Tchad ont plusieurs fois envoyé des soldats sur le territoire nigérian, ce n’est pas le cas du Cameroun, qui s’est contenté de combattre Boko Haram sur son propre territoire.
Lors du sommet d’Abuja, il a été convenu du déploiement d’une force régionale de 8.700 hommes, réunissant Nigeria, Niger, Tchad, Cameroun et Bénin. Les éléments cette nouvelle Force multinationale coinjointe (MNJTF) ne seront pas restreints en termes de déplacements.
La MNJTF, qui doit être déployée à partir du 30 juillet, sera dirigée par un Nigérian, avec un adjoint camerounais pour une mission initiale de 12 mois.
Interrogé sur le fait qu’il n’a pas encore constitué de gouvernement plus de deux semaines après son élection, M. Buhari a rétorqué à l’AFP: Je ne sais pas pourquoi tout le monde a hâte d’avoir des ministres, mais oui, au final, nous allons en avoir.
Selon M. Buhari, des enquêtes sont en cours dans plusieurs ministères – notamment ceux des Finances et du Pétrole – afin d’évaluer au mieux la situation laissée par l’ancien gouvernement.
Je ne suis pas pressé d’avoir des ministres, a-t-il ajouté. J’aurai des ministres, mais pas avant d’avoir vu ces rapports, pour ne pas avoir à nommer des ministres que j’aurai à licencier la semaine suivante.

http://allainjules.com

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Recent Posts

Une erreur est survenue dans ce gadget