vendredi 24 avril 2015

RD Congo – Massacres de Beni : Un génocide sous nos yeux

 Les massacres se poursuivent contre la population de Beni dans l’Est de la République Démocratique du Congo. Le nombre des victimes a franchi le seuil de 300 morts, le dernier bilan ayant été 293 après le massacre du 4 février dernier. Mercredi 15 avril, 18 personnes, dont une femme enceinte, ont été tuées à la machette (9 décapitées) dans les localités de Matiba et Kinzika, ce qui porte le bilan total des massacres à 311 tués depuis le début de la campagne meurtrière en octobre 2014. Le caractère génocidaire des massacres ne fait plus l’ombre d’un doute.


En effet, si officiellement les tueries sont le fait des rebelles ougandais des ADF/Nalu, la réalité est tout autre, et on gagnerait du temps à désigner clairement les auteurs de ces tueries[1]. A Beni, la population ne prête même plus attention à la version officielle consistant à attribuer ces tueries aux rebelles ougandais des ADF[2]. Elle sait qui la tue, les images des victimes portent la signature de leurs auteurs[3]. Les rescapés les ont clairement décrits comme cela apparait dans le dernier rapport des experts de l’Onu[4]. Les assaillants s’expriment en kinyarwanda (la langue du Rwanda) une langue dans laquelle ne s’exprime aucun groupe armé du territoire de Beni. Même les rebelles ougandais des ADF, du temps où ils sévissaient, étaient facilement identifiables : ils s’exprimaient en kiswahili et en luganda (la langue du centre de l’Ouganda). Si des tueurs rwandophones ont fait leur apparition en territoire de Beni, c’est qu’ils y ont été amenés sciemment et pour massacrer une population bien spécifique : les Banande, l’ethnie autochtone de la contrée.
Pourquoi ils tuent les Banande ?
Les massacres qui visent les populations nande de l’Est du Congo ne sont pas le fait de quelques énergumènes qui errent dans la brousse. Ce sont des actes planifiés et exécutés à froid. Ils s’inscrivent dans la stratégie globale des régimes de Kigali et de Kampala (avec leurs complices à Kinshasa et leurs parrains en Occident). Ils visent à éliminer le plus des populations autochtones congolaises possibles pour libérer des espaces dans l’Est du Congo, en général des zones riches en minerais et fertiles pour l’agriculture. Dans ces zones abandonnées par les autochtones devraient, à terme, s’implanter des populations en provenance du Rwanda et de l’Ouganda. Ces deux pays, en particulier le Rwanda, sont considérés comme dépourvus d’espace et de ressources pour leurs populations. Celles-ci doivent se « déverser » dans l’Est du Congo dans la perspective d’un projet devant aboutir au détachement du Kivu du reste du Congo[5]. Mais cette opération requiert d’éliminer au préalable les populations autochtones. Elle requiert également de tester et de briser sur la durée la capacité des Congolais à résister et à s’opposer à ce projet d’implantation forcée de ces populations étrangères sur le sol congolais[6].
Dans le cas spécifique des Banande, ces tueries permettent de faire d’une pierre deux coups. Puisqu’ils sont le groupe ethnique majoritaire du Nord-Kivu, leur réaction donnera une idée de la capacité des Congolais, en tant que peuple, à résister au projet visant à implanter de force des populations en provenance du Rwanda et de l’Ouganda sur le sol congolais. Par ailleurs, en semant la désolation dans la partie nord de la province du Nord-Kivu, son poumon économique, on touche les populations congolaises au portefeuille. On les appauvrit, ce qui devrait faciliter leur soumission aux projets qui se trament derrière les tueries. Mais il s’agit d’actes de provocation synonymes de pari sur l’inconnu, la situation pouvant basculer dans des violences généralisées. Bien entendu, une nouvelle flambée de violences interethniques dans l’Est du Congo arrangerait les affaires de bien des gens à la fois[7]
Notre silence tue
Il est toutefois possible que les Banande décident de ne pas réagir. Ils ont pris conscience des desseins machiavéliques qui se trament derrière ces tueries. Ils savent qu’ils risquent de subir un carnage de plus grande ampleur de la part des régimes tutsi/hima du Rwanda, de l’Ouganda et de Joseph Kabila, s’ils décidaient de s’en prendre à ceux qu’ils considèrent comme les auteurs et les complice de ces tueries. Le genre de piège qui se referma sur le peuple rwandais en 1994[8]. Les Banande vont donc, probablement, se résigner et continuer de se faire tuer dans le prolongement du cycle des massacres dont le Congo est l’objet depuis 1996. Des massacres qui, faut-il toujours le rappeler, ont causé la mort de six millions de Congolais, la moitié étant des enfants.
Face au martyr d’une population qui se résigne à se laisser massacrer, parce qu’elle estime qu’elle ne peut pas faire autrement, nous sommes, chacun, devant un cas de conscience. Un jour cette page sombre de l’histoire du Congo, ouverte en 1996, sera refermée et toutes ces atrocités remonteront à la surface. Les Allemands, après la défaite du Troisième Reich, ont affirmé qu’ils n’étaient pas au courant des atrocités auxquelles se livraient les Nazis. Comme l’indique le journaliste américain Nicolas D. Kristof[9], au sujet du génocide qui se déroule au Congo, nous sommes nombreux à nous persuader que nous nous serions mobilisés si nous avions vécu à l’époque de la barbarie nazie. Et pourtant, aujourd’hui, un génocide se déroule là, sous nos yeux, depuis deux décennies. Il a duré plus longtemps que l’Holocauste, et se poursuit tandis que ses auteurs restent impunis[10].
Au 21ème siècle, il est possible de mobiliser les consciences pour obtenir le déclenchement d’une enquête internationale sur ces tueries, l’arrestation de leurs commanditaires à Kinshasa, à Kigali, à Kampala et leurs parrains tapis dans les capitales occidentales. Il est possible de les traduire en justice et de les faire condamner à de lourdes peines, en application des lois nationales et du droit international. Mais nous laissons faires et gardons silence[11]. Notre silence tue…

Boniface MUSAVULI
agoravox.fr/

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Recent Posts

Une erreur est survenue dans ce gadget