mercredi 22 avril 2015

CAN 2015 : où sont passées les primes des Eléphants de Côte d’Ivoire ?


Le bruit courait à Abidjan, la capitale économique ivoirienne. Mais il n’a pris de l’ampleur que ces derniers jours. En effet, depuis la fin de la Coupe d’Afrique des nations 2015 en Guinée équatoriale, plusieurs joueurs des Eléphants continuent de réclamer leurs primes de matchs, alors que 3,5 milliards de francs CFA (5,4 millions d’euros) avaient été décaissés par la présidence de la République et mis à la disposition du ministère des sports pour toute la campagne des Eléphants (préparation et compétition), selon la Fédération ivoirienne de football (FIF).
« Ce que vous avez lu dans la presse n’est pas faux. Ce ne sont pas des rumeurs. Il y a une question de primes en cours. Ce que nous constatons, c’est que certains joueurs et encadreurs n’ont toujours pas perçu une partie de leurs primes », a déclaré jeudi 16 avril, à la radio nationale, Sory Diabaté, le premier vice-président de la FIF.
Le montant des primes encore dû, a rappelé Diabaté, serait de l’ordre de 720 millions FCFA (1,1 million d’euros) et concerne les matchs de la demi-finale et de la finale de la Coupe d’Afrique des nations 2015, remportée par la Côte d’Ivoire, face au Ghana (0-0, 9-8).

Le ministre se défend

Dans un communiqué, le ministère ivoirien des sports, indexé, a qualifié de rumeur ces allégations, accusant la fédération de vouloir porter atteinte à son image.
« Le ministre de la promotion de la jeunesse, des sports et des loisirs a saisi la Fédération ivoirienne de football (FIF) aux fins de vérifier l’information et partant, obtenir d’elle la liste des concernés et les montants dus. A ce jour, cette requête est restée sans suite au point qu’il conviendrait de s’interroger sur les motivations réelles des instigateurs de ces rumeurs », indique le communiqué.
« Aussi, le ministre se réserve-t-il le droit de poursuivre devant les juridictions compétentes les auteurs de ces allégations tendant à porter atteinte à son l’honorabilité et à jeter le discrédit sur son département », a souligné Fulbert Beugrefoh, porte-parole du ministre des sports.
Depuis janvier 2012, les rapports entre le ministre ivoirien des sports, Alain Lobognon et le président de la Fédération ivoirienne de football, Sidy Diallo n’ont jamais été au beau fixe. Régulièrement, les deux hommes livrent sur la place publique leurs différends.

lemonde.fr

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Recent Posts

Une erreur est survenue dans ce gadget