lundi 20 juillet 2015

Visite du président Muhammadu Buhari à Barack Obama : Les enjeux

À l’invitation de Barack Obama, le président nigérian Muhammadu Buhari entamera le lundi 20 juillet une visite de quatre jours aux États-Unis. Pour certains observateurs, la rencontre entre les deux chefs d’Etat est cruciale pour les relations diplomatiques entre les deux pays, au cours de laquelle il sera question de la lutte contre Boko Haram.
« Le gouvernement de Buhari voudra assurément augmenter les collaborations avec les services de renseignements américains », confirme Lauren Ploch Blanchard, spécialiste en affaires africaines, au Congressional Research Service basé à Washington. La question sécuritaire et la menace constante de Boko Haram figurent en tête de liste de l’agenda des deux présidents.
Depuis son investiture le 29 mai dernier, près de 700 Nigérians ont été tués dans une série d’attentats sanglants. Le président Muhammadu Buhari avait pourtant fait de la lutte contre Boko Haram la priorité de toutes les priorités avant son élection, tandis que le groupe terroriste multiplie les assauts au point d’enregistrer probablement un triste record en matière d’attaques meurtrières au cours de ce mois de juillet 2015.
Un réchauffement diplomatique en perspective
La visite de Muhammadu Buhari pourrait être l’occasion de donner un second souffle aux relations diplomatiques entre le Nigeria et les États-Unis. Un froid s’était effectivement installé entre Abuja et Washington l’an dernier après que l’ancien président Goodluck Jonathan ait jugé « insuffisante » l’aide proposée par les États-Unis à la lutte contre Boko Haram.
Ces derniers avaient proposé d’entraîner les militaires et de leur dispenser des conseils stratégiques mais « Goodluck Jonathan voulait de l’équipement et sa réaction a causé une fracture majeure entre les deux pays », explique Lauren Blanchard.  « L’offre initialement faite par les Etats-Unis pourrait être remise à l’ordre du jour lors de la rencontre entre Buhari et Obama ».
En revanche, les États-Unis n’ont pas été tendres avec les autorités nigérianes d’alors sur la question de la gestion de cette menace terroriste.
Des questions économiques, dont le Pétrole au centre des débats
Les relations économiques  entre les deux pays seront au menu des discussions, notamment pour le développement de raffineries au Nigeria, estime Lauren Blanchard cité par Jeune Afrique qui s’interroge si les États-Unis aborderont également la question du pétrole.
Kouamé L.-Ph. Arnaud KOUAKOU
Burkina24
http://burkina24.com

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Recent Posts

Une erreur est survenue dans ce gadget