samedi 25 juillet 2015

"L'Afrique est en marche", lance Obama en visite au Kenya

VIDEO Le président américain va s'entretenir cet après-midi avec Uhuru Kenyatta, son homologue kényan, de sujets économiques mais surtout de questions sécuritaires.

"L'Afrique est en marche", a affirmé samedi au Kenya le président américain Barack Obama, au premier jour d'une visite inédite dans le pays de son père, placée sous haute sécurité (voir la vidéo ci-dessous).
"Je voulais être ici, parce que l'Afrique est en marche, l'Afrique est l'une des régions du monde à la plus forte croissance", a-t-il lancé en ouverture d'un sommet mondial sur l'entrepreneuriat. "Les gens sortent de la pauvreté, les revenus sont en hausse, la classe moyenne croît et les jeunes gens comme vous exploitent les technologies pour changer la façon dont l'Afrique fait des affaires", a-t-il encore déclaré à son auditoire.
Une partie de la capitale du Kenya, visée ces dernières années par de spectaculaires attaques des islamistes somaliens shebab, a été bouclée pour la visite du président des Etats-Unis. L'ambassade américaine elle-même a estimé que la conférence à laquelle le président américain participait samedi matin pouvait être une "cible pour les terroristes".
Mais le président kényan Uhuru Kenyatta a estimé que l'organisation même de ce sommet sur l'entrepreneuriat montrait un tout autre visage de l'Afrique que celui habituellement dépeint dans les médias. "Ce discours sur le désespoir africain est faux, et, en fait, n'a jamais été vrai", a affirmé le chef de l'Etat kényan en ouvrant la conférence économique aux côtés de son homologue américain. "Faites savoir que l'Afrique est ouverte et prête pour les affaires" . Et que le Kenya est "un foyer de culture vivante", a-t-il ajouté en égratignant la chaîne américaine CNN qui a déclaré que le pays était "un foyer de terreur".
Les deux président ont ensuite présidé un dialogue bilatéral, en présence notamment du vice-président kényan William Ruto, poursuivi par la justice internationale pour crimes contre l'humanité. En ouverture du dialogue au palais présidentiel à Nairobi, Uhuru Kenyatta a évoqué les "nombreux défis auxquels nous sommes confrontés, en tête desquels la sécurité, que je pense nous pouvons surmonter si nous travaillons ensemble". "Aucun pays ne peut s'attaquer à ce problème seul, nous avons besoin de partenaires", a-t-il ajouté.
De son côté, Barack a défendu son programme "Power Africa" (*) qui vise à doubler l'accès à l'électricité en Afrique subsaharienne mais avance, selon les critiques, trop lentement. "Nous sommes sur la bonne voie" pour atteindre l'objectif de créer "une capacité de production d'énergie propre" de 30.000 MW, a-t-il déclaré à propos de cette initiative lancée en fanfare en 2013. Mais depuis, il a essuyé de nombreuses critiques, le programme n'ayant encore pas permis de produire de l'électricité. Selon lui, ce n'est pourtant qu'une question de temps. "Si vous voulez créer une centrale électrique aux Etats-Unis, ça ne prend pas seulement un an", s'est-il défendu. "Les transactions financières sont terminées, les projets ont déjà commencé et vous allez bientôt voir les résultats du travail qui a été fait", a-t-il ajouté.

Première visite

Barack Obama, né d'une mère américaine et d'un père kényan à Hawaï, est arrivé vendredi soir au Kenya, pour sa première visite dans le pays depuis son élection à la présidence des Etats-Unis en 2009 (voir encadré). "C'est formidable d'être de retour au Kenya", a-t-il encore déclaré samedi matin. "Je suis fier d'être le premier président américain à venir en visite au Kenya, et évidemment, cela a une valeur personnelle pour moi. Mon père venait du coin".
Au fil des semaines, à mesure que la visite approchait, la ferveur n'a cessé de monter au Kenya. Samedi encore, les principaux quotidiens consacraient leurs unes à M. Obama, né à Hawaï d'une mère américaine et d'un père kényan: "Kenya je suis là", "Le moment Obama", "Obama arrive"...
Obama au Kenya  : les raisons d'une visite longtemps différée
Barack Obama effectue samedi et dimanche une visite dans le pays de son père, la première depuis qu'il est à la Maison Blanche. Une visite longtemps différée à cause de l'inculpation du président Kenyatta devant la Cour pénale internationale (CPI) pour son rôle présumé dans les violences post-électorales de fin 2007-début 2008 dans lesquelles plus de 1.000 personnes sont mortes et 600.000 autres déplacées. Les poursuites devant la CPI ont été abandonnées, faute de preuves. Mais le vice-président Ruto, qui était dans le camp opposé à celui de M. Kenyatta lors de la présidentielle de 2007, reste lui inculpé pour crimes contre l'humanité devant la CPI.
Ignorant les positions ouvertement homophobes de M.Ruto, Barack Obama a réclamé l'"égalité des droits" pour les homosexuels en Afrique, comparant l'homophobie à la discrimination raciale qu'ont connue les Etats-Unis, lors d'une visite inédite au Kenya, le pays de son père. "Quand vous commencez à traiter les gens différemment, parce qu'ils sont différents, vous vous engagez sur un terrain où la liberté s'érode", a-t-il lancé.
Le président américain va aussi aborder les questions sécuritaires. Dans ce domaine, les Etats-Unis sont un partenaire important du Kenya où les islamistes radicaux shebab, affiliés à Al-Qaïda. Avant son entretien avec Uhuru Kenyatta, Barack Obama s'est rendu au mémorial érigé en mémoire des victimes d'une attaque perpétrée dès 1998 par Al-Qaïda contre l'ambassade américaine de Nairobi. L'attentat avait fait 224 morts. "Nous avons de façon systématique réduit les territoires que les shebab contrôlent. Nous avons pu réduire leur emprise réelle en Somalie et avons affaibli ces réseaux opérant ici en Afrique de l'Est", a samedi déclaré le président américain. "Cela ne veut pas dire que le problème est résolu", a-t-il cependant reconnu
Les shebab ont mené une attaque sanglante contre un centre commercial de Nairobi en 2013 (67 morts) et attaqué une université du nord-est (Garissa, 148 morts en avril 2015).
 
lesechos.fr

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Recent Posts

Une erreur est survenue dans ce gadget