mardi 21 juillet 2015

Explosions et coups de feu au Burundi, où débute le scrutin présidentiel

Les bureaux de votes ont ouvert mardi 21 juillet au matin au Burundi, pour une présidentielle qui devrait offrir à Pierre Nkurunziza le troisième mandat qu’il s’est acharné à briguer au prix d’une grave crise politique, émaillée de violences. Cette nuit et ce matin, des explosions et des tirs ont été entendus à Bujumbura, la capitale.
Des journalistes de l’Agence France-Presse (AFP) ont entendu au moins trois fortes explosions et des tirs parfois nourris, sans pouvoir déterminer leur localisation. D’après un responsable de la police ayant requis l’anonymat, un policier a été tué dans la nuit par l’explosion d’une grenade dans le quartier de Mutakura (au nord de la capitale).
Selon des témoins, des inconnus ont par ailleurs ouvert le feu sur des policiers, qui ont répliqué dans le quartier de Ngagara, au nord du centre-ville, où au moins deux explosions ont été entendues. Des explosions et des tirs ont également retenti à Nyakabiga, au nord-est du centre-ville ainsi que des coups de feu à Kanyosha, dans le sud de la capitale, selon des habitants. Au moins un policier et un civil ont trouvé la mort dans ces violences, a déclaré un responsable gouvernemental qui en fait porter la responsabilité à l’opposition.

L’ONU appelle à la reprise du dialogue

Une grenade a explosé lundi en fin d’après-midi dans une artère commerçante au cœur de Bujumbura, sans faire de victime, mais rappelant le climat délétère dans lequel se déroule le scrutin, boycotté par l’opposition et que le président, Pierre Nkurunziza, qui brigue un troisième mandat, paraît assuré de remporter.
Mardi matin, le secrétaire général de l’Organisation des Nations unies (ONU), Ban Ki-moon, a appelé les autorités burundaises à « tout faire pour assurer la sécurité et la tenue pacifique » de l’élection présidentielle. Dans un communiqué publié quelques heures avant l’ouverture du scrutin, il invite « toutes les parties à s’abstenir de commettre toute forme de violence qui pourrait compromettre la stabilité du Burundi et de la région ».
Prenant acte de la suspension sine die du dialogue interburundais, il note que cette suspension « intervient alors qu’aucun accord n’a été trouvé sur un ensemble de questions susceptibles de contribuer à la création d’un environnement propice à la tenue d’élections crédibles et pacifiques ». M. Ban « réitère son appel à la reprise d’un dialogue franc entre toutes les parties ».

80 morts durant la contestation

Fin avril, l’annonce de la candidature de M. Nkurunziza à un nouveau mandat, en violation, selon ses adversaires, de la Constitution et des accords de paix d’Arusha, avait créé un important mouvement de contestation, émaillé de violences qui ont fait au moins 80 morts.
Les autorités burundaises ont déjoué un coup d’Etat militaire à la mi-mai et finalement réussi à mettre fin, mi-juin, à un mois et demi de manifestations quasi quotidiennes à Bujumbura, en les réprimant brutalement.

Les autorités ont ensuite été confrontées à une série d’attaques à la grenade. Des combats opposent par ailleurs depuis dix jours l’armée à des rebelles dans le nord du pays.
Plus de 150 000 Burundais ont trouvé refuge dans les pays voisins et quelque 1 000 personnes continuent de fuir chaque jour le Burundi pour se réfugier en Tanzanie, a indiqué lundi l’organisation Médecins sans frontières (MSF).
L’histoire postcoloniale du Burundi est jalonnée de massacre entre Hutu et Tutsi et le petit pays d’Afrique des Grands Lacs se remettait progressivement depuis dix ans d’une guerre civile ayant fait 300 000 morts entre 1993 et 2006.
 
lemonde.fr

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Recent Posts

Une erreur est survenue dans ce gadget