jeudi 11 août 2016

Le Japon, un modèle de coopération avec l’Afrique ?

LEMONDE.FR

Durant ces deux dernières décennies, le point central de l’économie mondiale s’est déplacé des pays développés vers les pays en développement. Un pays a toutefois investi en parts égales dans les deux continents : le Japon. En Afrique, sa contribution continue d’être constante, même pendant des périodes de grandes mutations économiques.

D’ici 2020, le PIB total du continent africain atteindra 2 900 milliards de dollars. Selon la Banque africaine de développement (BAD), les dépenses de consommation d’environ 268 millions de ménages avec revenu discrétionnaire devraient se situer autour de 2 100 milliards de dollars. Malgré les turbulences économiques mondiales, les économies africaines sont en croissance de 3,7 %, bien au-dessus de la moyenne mondiale, et devraient atteindre 4,5 % en 2017, faisant de l’Afrique la deuxième région avec la plus forte croissance dans le monde. A la lumière de ces chiffres, il est légitime de s’interroger sur le devenir de la coopération internationale.
Une chose est certaine : les modèles traditionnels de l’aide au développement, avec un donateur et un bénéficiaire sont devenus caducs. Les relations entre ces deux entités sont devenues plus complexes, et mieux conçues à travers un processus d’apprentissage mutuel et de découverte de solutions conjointes. Elles ouvrent la voie à de nouvelles opportunités pour ces nouveaux partenaires, en créant des cercles vertueux de croissance et contribuant ainsi à accélérer l’intégration régionale si nécessaire.

Une longue tradition de coopération

Lorsqu’il est question d’investissement en Afrique, il est rare que le nom du Japon soit évoqué. Pourtant le Japon, un partenaire de premier ordre de nombreux de pays africains, a investi des millions dans le continent au cours des 23 dernières années, à travers les initiatives qui ont été menées suite à la Conférence internationale de Tokyo sur le développement de l’Afrique (TICAD) lancée en 1993.
L’Afrique représente aujourd’hui 28 % de l’aide financière non remboursable, 15 % de la coopération technique et 4 % des prêts concessionnels consentis par le Japon. Parmi les 2 500 volontaires japonais dans le monde, plus de 800 se trouvent en Afrique et la plupart d’entre eux apprennent les langues locales afin d’effectuer leur mission au mieux.
La TICAD a toujours prôné l’importance de l’appropriation africaine et d’une approche partenaire de la coopération internationale afin de stimuler la croissance sur le continent africain.
Au fil des années, elle a réussi à fédérer les partenaires au développement autour de projets d’amélioration de la connectivité interurbaine et transfrontalière pour faciliter l’intégration régionale. D’autres initiatives, telles que la mise en place de réseaux sous régionaux d’énergie, à travers la construction d’une centrale géothermique au Kenya et un projet de ligne de transmission en Tanzanieparticipent également de cette intégration. De plus, l’Agence de coopération internationale du Japon (JICA), la BAD et d’autres institutions ont financé conjointement la création de corridors de développement et la mise en place de « postes frontières à guichet unique (PFGU) » pour simplifier les procédures de passage des frontières.
Sur l’amélioration de la productivité agricole, y compris la riziculture, la Coalition pour le développement de la riziculture en Afrique (CARD), établie en 2008, vise à doubler la production de riz en Afrique d’ici 2018 de 14 millions de tonnes. L’année 2014 a connu une augmentation de 74 %, atteignant 25 millions de tonnes.

Identifier les obstacles aux leviers de la croissance africaine

De nombreux pays africains dépendent encore des ressources naturelles pour leur croissance, et sont vulnérables aux conflits, aux catastrophes naturelles et aux crises économiques régionales et mondiales. L’essor démographique crée en plus des charges supplémentaires pour les pays qui ont besoin de fournir des ressources.
Au cours de la récession mondiale, les prix des produits primaires, y compris le pétrole, ont chuté de manière brutale. Par ailleurs, d’autres facteurs externes ont mis à rude épreuve le continent : ce sont par exemple le terrorisme ou l’épidémie d’Ebola en Afrique de l’Ouest. Cette crise sanitaire a notamment montré la fragilité permanente de l’accès aux soins de santé primaires et les limites de l’administration dans les pays africains.
Une politique industrielle doit aller au-delà de la simple construction d’un parc industriel et de la recherche d’investissements étrangers. Pour être efficace, elle nécessite d’être accompagnée d’un ensemble de mesures allant de l’investissement dans les infrastructures au développement des ressources humaines, à l’amélioration de la productivité du travail, l’approfondissement du marché financier et la fiabilité de l’administration. Ce sont quelques domaines prioritaires que la BAD a défini dans sa stratégie décennale (2013-2022).
Le Japon a fait le choix d’une approche de coopération qui prend en compte les défis actuels auxquels l’Afrique est confrontée, susceptibles de ralentir sa marche vers le développement et la réduction de la pauvreté extrême.
Lors de la TICAD V en 2013, le Premier ministre Shinzo Abe soulignait que l’Afrique serait le moteur de la croissance mondiale en ce XXIe siècle. A l’occasion du prochain sommet, qui se tiendra pour la première fois en Afrique, du 27 au 28 août à Nairobi au Kenya, le Japon réaffirmera, son engagement auprès des pays africains pour faire de cette prédiction une réalité.

http://www.lemonde.fr/

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Recent Posts

Une erreur est survenue dans ce gadget